Derrière le rideau (3) : Spectateurs, j’aimerais vous dire…

Il y a un mois, je vous soumettais un questionnaire (cliquez ici pour y accéder). Je vais me permettre ici un exercice peu courant : celui de vous livrer mes impressions et mes questionnements en retour à vos réponses. C’est habituellement ce qui se passe derrière le rideau, parmi les membres de l’équipe de production autour d’un artiste. Mais je n’ai pas d’équipe ni de confident. Et surtout, je crois profondément qu’un changement est en train de s’opérer dans le rapport entre public et artistes, comme à une échelle plus large, entre citoyens et politique.
Je vous considère comme des collaborateurs, non pas à mon succès, mais à la vie de mes textes, qui doivent apprendre à vivre sans moi. Qu’est-ce que je cherche ? À vous éclairer, vous secouer, vous émouvoir ? À mettre les points sur les i, à envoyer un signal de détresse ou à quémander ? Rien de tout ça, et un peu de tout ça peut-être. Je vous laisse juges. Cette confidence appelle les vôtres, alors n’hésitez pas à m’écrire pour me donner vos impressions et vos avis en cliquant ici. Nous travaillons ensemble. Cet exercice constituera un dossier en trois parties qui répondront chacune à chacune de mes activités :  l’écriture  (articles et livres), la réalisation, (portraits sonores) et la scène (veillées et spectacles). 



Cette fois-ci, le besoin était de parler et non d’écrire. Voici une petite fenêtre sur ce qu’on ressent certains soirs…et pour poser la question : Qu’y a-t-il donc dans mon métier pour qu’il soit aussi méprisé ? 

Join the discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *