Les portraits sonores ont besoin de vous !

image3

De nouveaux portraits sonores vont voir le jour pour la série L’extraordinaire au quotidien. Trois semaines de montage à temps plein par portrait, et derrière ce travail, une seule personne…qui a besoin de vous ! Pour aider à la collecte cliquez ici : https://fr.ulule.com/portraits-sonores/ Cette collecte servira à

  • réaliser le mixage et l’enregistrement final de quatre nouveaux portraits sonores de 25 minutes
  •  les faire presser en deux CD (2 portraits par CD) pour les vendre lors de la prochaine tournée printanière

Leila, mère de vents et de marées

Une jeune maman qui élève ses enfants sans télé, qui invente une histoire chaque soir, guidée par les suggestions des enfants, encourageant la créativité et le contact avec le vivant. Ses enfants parlent aux arbres et y grimpent (ils vivent dans une métropole), voient des carrés de jardin dans les lignes du pavé, connaissent tous les commerçants du quartier. De nombreux adultes entourent ces enfants qui n’évoluent pas uniquement dans la cellule nucléaire. Pourtant, élever ses enfants ainsi est parfois un combat, et Leila doit souvent se justifier de ses choix.

Cliquez ci-dessous pour entendre un extrait (enregistrement brut) de Leila

Un professeur de théâtre qui fait jouer des détenus, des adolescents de quartiers difficiles, ou encore des personnes avec des maladies mentales. Il les fait jouer dans les plus grands théâtres. C’est en rencontrant Serge que Bibi Naceri et son frère Samy Naceri (Taxi, Indigènes) ont découvert leurs potentiels de comédiens. Cliquez ci-dessous pour entendre un extrait (enregistrement brut) de Serge

Un musicien dans le métro parisien, qui a une manière bien à lui de pratiquer ce métier jugé ingrat. Un numéro de téléphone griffonné à la hâte sur un ticket de métro, une rencontre dans un parc, et je découvre un homme venu du Sénégal, qui a été sculpteur, musicien, et qui regarde notre société avec intransigeance et humour.

Il vit à Paris, dans un appartement chauffé au pétrole. Quand il rentre du SAMU social où il travaille, il passe ses nuits à fabriquer des automates. Des villages entiers reconstitués au son des musiques de Brassens. Jean-Paul Gauthier lui a bien proposé de travaillé avec lui, mais il a refusé. Il reproduit des peintures rupestres sur son mur, puis les efface.

Merci à tous !

Join the discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *