Regards croisés sur les Semeurs

La rencontre

Comment je les ai rencontrés…

Un autre rapport au temps

Ils ont su cultiver un autre rapport au temps, créer des ruptures et trouver leur calendrier personnel.

Cultiver la diversité

Ils cultivent tous la diversité : des matières, des publics, des lieux, des formats, des modèles économiques, des grains…

Une conception de l’éducation qui remue

Certains arrivent à un moment de leur vie où ils ont envie de transmettre. Se dégage alors une autre conception de l’éducation, qui passe par le corps, l’expérience et l’autonomie. 

Conquérir son autonomie

Ils essayent tous d’être le plus autonomes possibles.

Savoir ce qu’on ne veut pas

Avant de savoir ce qu’ils voulaient, ils ont commencé par savoir ce qu’ils ne voulaient pas/ce dont ils ne voulaient plus. Souvent savoir dire non est bien plus difficile que de dire oui.

Être à sa place

Ils vivent très souvent en permanence avec l’incertitude financière. Ils ont des rythmes de vie parfois effrénées. Pourtant, il se dégage de chaque personne que j’ai rencontrée une grande paix. Celle qu’on ne trouve que chez ceux qui sont à leur place.

Travailler avec les marginaux

Serge le metteur en scène, Elie le chanteur, Cécile la sculpteure et Saïd le boxeur travaillent avec des personnes mises à la marge de la société : détenus dans les prisons, vieilles personnes en maisons de retraite, adolescents en soin psychiatriques, SDF, Kurdes ou habitants d’une tour en voie de démolition. Que cherchent-ils auprès de ces marginaux ? Et si c’était là, à la marge de la société, qu’ils retrouvaient le sens même de leur métier, de leur geste, de leur art ?

Leurs combats (FINALES)

Quand ils donnent un sens à ce qu’ils font. Extraits des finales des portraits

Ces portraits sont diffusés dans le cadre des veillées de Sarah Roubato. Pour le diffuser dans votre coin, contactez-moi en cliquant ici.

 

Join the discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *