Mémoires de la colonisation : et si on attendait autre chose ?

Les cent cinquante pages du rapport Stora sur la guerre d’Algérie et la colonisation éveillent un débat centré sur un seul aspect : la France doit-elle faire des excuses ? En France, les mots sont importants. Mais ils le sont d’une certaine manière, bien française : absents ou présents, ce sont toujours des mots qui viennent de là-haut.

Pour Benjamin Stora, il y a déjà eu condamnation et reconnaissance des méfaits de la colonisation, de Jacques Chirac à Madagascar, de Nicolas Sarkozy à Constantine, de François Hollande à Alger et d’Emmanuel Macron suite à l’affaire Audin. Mais “ cette succession de discours n’a pas pénétré le coeur de la société française”. Et pour cause. Même dans un régime aussi monarchique et vertical que l’est la Cinquième République, si le discours du chef de l’État n’est pas suivi d’une  conversation nationale, la réconciliation des mémoires ne sera jamais qu’une consigne dictée par un professeur que ses élèves n’écoutent plus.

Une mémoire qui viendrait de là-haut

Cette conception d’une mémoire qui se dicte verticalement, la France ne semble pas vouloir l’élargir. Les débats sur la reconnaissance et l’enseignement de la guerre d’Algérie restent cloisonnés aux sphères de l’enseignement et de l’État. Bien sûr, l’ouverture des archives, la déclassification des documents confidentiels et l’enseignement à l’école qui sont proposés dans le rapport, sont des éléments clés pour analyser et éduquer. Les cérémonies, les commémorations, la construction de stèles, l’institution d’une journée nationale sont des actes symboliques, certes utiles mais trop souvent suffisants en France. Mais tout cela ne suffit pas pour créer une mémoire active, vivante, et une réelle transmission. Celle-ci se fait par le récit, par la parole orale, et par la mise en présence des acteurs bientôt disparus de cette histoire qui est notre histoire. Encore une fois, la réponse française est uniquement verticale : on attend de la figure d’autorité – chef d’État, enseignant – que la vérité soit formulée. Et si cette vérité émanait d’un processus de participation démocratique ? C’est le pari qu’a fait le Canada. 

 

 

Une autre manière de réconcilier les mémoires

Entre 2007 et 2015, le gouvernement du Canada a consacré 72 millions de dollars à l’établissement de la Commission Réconciliation et Vérité. Cette convention était l’un des outils mis en place par la Convention de Règlement relative aux pensionnats indiens , qui cherchait à guérir les séquelles laissées par l’expérience des pensionnats catholiques sur les autochtones. De telles commissions ont été mises en oeuvre dans une trentaine de pays notamment en Afrique et en Amérique latine. Au Canada, 6500 témoignages ont été récoltés sur six années et sept événements nationaux ont été organisés dans différentes régions où les citoyens étaient invités à témoigner et à écouter. Un moment de parole et d’écoute en présence physique, qui contraste à la fois avec la verticalité des discours politiques ou des enseignements, et avec la libération d’une parole par hashtags dans la solitude d’un écran. Au Canada, cette commission n’a pas tout changé, bien sûr, mais elle a considérablement aidé, et elle a établi un tout autre rapport entre les représentants et la population. Lors de la remise officielle du rapport final, le chef de l’État Justin Trudeau était présent, parmi tous les représentants des Premières Nations, écoutées pendant plus de trois heures

Se parler pour se souvenir

La manière dont les nations établissent leur mémoire a beaucoup à voir avec notre rapport à la langue, aux mots et à la parole performative, c’est-à-dire considérée comme un acte à part entière. En Afrique, en Amérique latine et dans les pays anglo-saxons où ces commissions ont eu lieu, la parole orale est très valorisée, que ce soit par la multiplicité des agoras, le succès des podcasts et livres audios, ou encore la place des exercices oraux dans le parcours scolaire. En France, l’oralité n’est pas considérée comme un genre noble, sauf dans l’art de la dispute et des discours. Donc dans une relation d’opposition ou bien de verticalité. 

Pourtant, l’idée d’une “commission Mémoires et vérités chargée d’impulser des initiatives communes entre la France et l’Algérie sur les questions de mémoires” est bien présente dans le rapport Stora. “Cette commission pourrait recueillir la parole de témoins frappés douloureusement par cette guerre, pour établir plus de vérités, et parvenir à la réconciliation des mémoires.” (Benjamin Stora, Rapport sur la Guerre d’Algérie et la décolonisation, p.94 ) Une proposition de deux lignes dans un rapport de 150 pages. 

C’est à se demander si on cherche vraiment à réconcilier les mémoires des personnes vivantes qui ont vécu ces événements et celles qui en héritent, ou si la réconciliation des mémoires est devenue une affaire de politique étrangère et de relations diplomatiques. Si les citoyens sont les acteurs d’une mémoire qui s’incarne, ou bien les réceptacles passifs d’une mémoire des sachants et des disants.

 

Trouve le verbe de ta vie et autres lettres sonores

Adressées à un adolescent ou à une éléphante, à une cassette ou à un lavoir, à la fragilité ou à mon indifférence, à Blanche-Neige ou à Émile Zola, ces lettres nous invitent à poser un regard sans concession sur notre époque et à envisager d’autres rapports à la société, au monde et à nous-mêmes.

Cliquez ici pour le commander.

 

30 ans dans une heure

Partout en France et ailleurs, ils sont sur le point d’avoir trente ans. Une foule d’anonymes qui cherchent à habiter le monde ou à le fuir, à dessiner leurs rêves ou à s’en détourner. Au cœur du tumulte, ils s’interrogent, se font violence et ce sont leurs voix que l’on entend se déployer 

Cliquez ici pour le commander chez l’éditeur ou commandez-le dans n’importe quelle librairie.

 

 

 

Lettres à ma génération

Un recueil de lettres adressées à toutes celles et ceux, même s’ils ne peuvent pas répondre, qui peuplent la solitude d’une jeune femme éprise de la beauté du monde. Comment la dire, comment la préserver, comment y participer, alors que des forces contraires – l’hyperconsommation, les renoncements politiques, l’ambivalence du progrès technologique – nous isolent toujours plus les uns des autres ?

Cliquez ici pour en savoir plus et lire des extraits. Cliquez sur le livre pour le commander directement chez l’éditeur ou commandez-le dans n’importe quelle librairie

 

Trouve le verbe de ta vie 

« Qu’est-ce que tu veux faire plus tard ? Voilà des années qu’on te la pose cette question. Et pour celui qui te la pose, elle ne se réduit qu’à une chose : ton métier. Moi j’aurais une autre question à te poser : Quel est le verbe de ta vie ? Pas le métier, non, le verbe. »

Une jeune femme écrit à un adolescent et lui propose d’envisager son avenir avec un autre regard que celui qu’on lui a appris, pour faire face à un monde qui change et qu’il va devoir réinventer. Une lettre qui résonne à tout âge pour ceux qui ont eu envie de quitter les chemins tout tracés et à qui on a dit que c’était impossible. Cliquez ici pour l’acheter

 

Join the discussion

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *